Home


CONNEXION

(?)

(?)

     
 

Cinquième risque : regards croisés

Le Groupe EUROP Assistance  que préside Martin VIAL vient de réaliser son baromètre sur la protection sociale.

Ce baromètre, mené depuis 2006, a été constitué sur la base d’une enquête téléphonique CSA auprès d’un échantillon de 3600 individus représentatifs de la population des 18 ans et plus,  répartis sur huit pays -Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Suède (depuis 2006), Pologne (depuis 2009), Etats-Unis et Autriche (2010)-, entre le 1er juin et le 9 juillet  2010.

Une insatisfaction majeure
A part en Autriche, avec 49 % d’opinions positives, la prise en charge des personnes âgées et dépendantes est jugée majoritairement moyenne voire mauvaise dans l’ensemble des pays sondés, la Pologne fermant la marche avec 82 % de mauvaises opinions derrière l’Italie qui en compte 67 %.

Et si l’on considère les résultats depuis 2006, aucune amélioration réellement significative n’est perçue.
Dans tous les pays, une très large majorité de personnes souhaite que les moyens soient affectés prioritairement au maintien à domicile des personnes âgées, sauf en Suède qui continue à faire figure d’exception où 51 % des personnes donnent la préférence aux maisons de retraite.
Un sentiment général d’insuffisance de l’aide publique pour le maintien à domicile des personnes âgées et dépendantes.
Les Polonais (74 %) sont ceux qui jugent le plus l’aide de l’État comme insatisfaisant pour maintenir les personnes âgées et dépendantes à domicile, suivis par Allemands (63 %) et les Italiens (61%). En revanche 61 % de Britanniques et 57 % de Suédois se déclarent satisfaits de l’aide publique.
7% des Américains estiment cette aide publique très satisfaisante et 46 % plutôt satisfaisante, 79 % se prononcent d’ailleurs pour le maintien à domicile des personnes âgées et dépendantes.

Complexité et diversité  des structures de soutien
Quant à savoir quels types de structures sont susceptibles d’apporter un soutien aux familles ayant un proche âgé et dépendant à domicile, on note que coexistent dans tous les pays trois types d’organismes ; ceux du secteur associatif qui prédominent en Pologne (47 %), du privé, majoritaires en Allemagne (43 %) et enfin du public, très développés en Suède (56 %). On remarque que 25 % des Britanniques et 23 % des Américains ne citent aucun organisme.

L’aide à domicile plébiscitée
Sans surprise, les aides à domicile réunissent dans tous les pays au moins 90 % des suffrages, jusque 97 % en France, tandis que la télésurveillance obtient également des scores partout très importants (89 % aux Etats-Unis, 86 % en France, 83 % en Italie). La robotique est citée par une majorité des personnes, sauf en Suède, en Allemagne et en Autriche.

Favorables à un système de financement mixte
Le financement de la prise en charge des personnes âgées et dépendantes n’est pas du ressort de l’État seul
En moyenne, seules 5% des personnes interrogées sont favorables à une prise en charge totalement personnelle, les Américains se montrant les moins défavorables à ce financement (12 %).
 L’attente majoritaire pour l’ensemble des pays est une prise en charge mixte avec financement public et contribution personnelle, surtout pour l’Allemagne (79 %), suivie par l’Autriche (72 %). Les Suédois attendent davantage une prise en charge totale par l’État (49 %).

Majoritairement favorables à un système de financement mixte dans l’ensemble des pays, les personnes interrogées se déclarent également opposées à une assurance obligatoire privée pour couvrir la prise en charge financière des personnes âgées et dépendantes. Si les Français (62 %) se déclarent clairement favorables à une assurance obligatoire publique, les avis exprimés par les autres pays sont plus mitigés, même s’ils sont nettement plus positifs que pour l’assurance privée.


Biographie
Martin Vial, a rejoint Europ Assistance le 1er octobre 2003 en qualité de Directeur Général du Groupe Europ Assistance. Il assure également la présidence de plusieurs conseils d'administration des sociétés du Groupe.

Après avoir commencé sa carrière comme Administrateur des PTT à la Direction financière de la Direction Générale des Postes, il rejoint, en 1986, la Direction du Trésor au ministère de l'Economie et des Finances où il est chargé de la tutelle des établissements bancaires et des opérations de mise sur le marché.
En 1988, il est appelé au Cabinet du Ministre des Postes et Télécommunications et de l'Espace en qualité de Conseiller Technique puis de Directeur- Adjoint, où il est notamment responsable de la réforme institutionnelle de La Poste et de France Télécom.
De 1991 à 1993, il est successivement directeur-adjoint puis directeur du Cabinet du Ministre de l'Equipement, du Logement, des Transports et de l'Espace, puis Directeur du Cabinet du Ministre des PTT.

En 1993, Martin Vial est nommé Président-Directeur Général de l'Aéropostale. Il est élu en 1996, Président de la Chambre Syndicale du Transport Aérien (CSTA) et de la Fédération Nationale de l'Aviation Marchande (FNAM).
Fin 1997, il devient Directeur Général du Groupe La Poste avant d'en prendre la Présidence en décembre 2000. Il est parallèlement Membre du Conseil de Surveillance (1998), puis Vice-Président (2002) de la Caisse Nationale de Prévoyance (CNP) et notamment Administrateur de la société Assurposte, compagnie d'assurance, co-filiale de la CNP et du Groupe La Poste.
En septembre 2002, Martin Vial rejoint la Cour des Comptes en qualité de Conseiller-Maître.
De 1999 à 2004, il est également membre du Conseil Economique et Social et membre du Conseil Stratégique des Technologies de l'information placé sous l'autorité du Premier Ministre.
Martin Vial est diplômé de l'ESSEC et de l'Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications. Il est Chevalier dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur et dans l'Ordre National du Mérite. Il est l'auteur du livre « La Lettre et la Toile » consacré au développement d'Internet en France.

 
     
Partagez cet article :
feed-image